Ancienne Cure

Christian Roche

Domaine de l'Ancienne Cure - Sud Ouest

L’Ancienne Cure ou quand le pif de Bergerac passe un cap

Chez Christian Roche du Domaine de l’Ancienne Cure, les vendanges débutées le 10 septembre n’ont pas encore dit leur dernier mot. D’ici quelques jours – si tout va bien – les ultimes bruits de sécateurs résonneront du côté de Bergerac. La « faute » au Montballizac qui comme d’habitude, se faire attendre… Mais Christian est serein. Il a de la bouteille et la patience des sages : il sait que dans vigne, seule la nature donne le tempo.

Dans les rangs, la maturité ne se décrète pas, elle s’appréhende, s’apprivoise et donnera sa couleur au nouveau millésime. Pas de panique donc. Simplement un profond respect de la terre, des sols, de la plante et du fruit dans la plus pure tradition paysanne.

L’Ancienne Cure vous en fait voir de toutes les couleurs

Depuis qu’il a repris le flambeau familial en 1984, l’Ancienne Cure est pour ainsi dire sortie du silence. Indépendant et biologique, le domaine de 50 hectares en voit de toutes les couleurs : Sémillon, Sauvignon Blanc, Sauvignon Gris, Muscadelle, Chenin et Ondenc pour les vins blancs ; Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Malbec pour les vins rouges et rosés. Une palette de cépages qui pousse Christian a faire du cas par cas, à la vigne comme à la cave : travail du sol en profondeur pour un meilleur enracinement, implantation de cépages, sélections massales, élevage adapté à la concentration en cuves, barriques ou foudres : un travail d’orfèvre, un découpage minutieux des cuvées en fonction de la nature et du comportement du sol – calcaire mince de plateau, argilo-calcaire de coteau, argileux en bas de pente et sablo-limono-argileux, des cépages, des caprices de la nature et de l’instinct du vigneron.

Christian Roche l’homme qui murmure à l’oreille des cépages

Chaque cuvée de l’Ancienne Cure est vraiment singulière – pour ne pas dire culte -, typique et humble. La main de l’homme délicate et presque invisible (Christian ne court pas après « l’aromatisation ») fait ici toute la différence. Le vigneron devient le guide, il dessine le chemin, et tisse le fil de l’équilibre parfait entre la puissance et le fruit le plus naturellement possible… Sans jamais s’imposer. Christian, c’est un peu l’homme qui murmure à l’oreille des cépages, le spécialiste de l’élevage en douceur. Histoire de nous prouver, sans jamais avoir besoin de le démontrer, que l’on peut faire de très grands vins du côté de Bergerac.

Les visites à son domaine sont la mesure de la qualité de son travail

C’est cette humilité et cette force tranquille qui tapent dans l’œil des sommeliers. Déjà présents à la carte de quelques jolies tables, les vins de l’Ancienne Cure sont les prémices d’une jolie histoire… presque romantique (à la Cyrano de Bergerac diront certains !). Quoiqu’il en soit, quand les clients débarquent au domaine avec l’intime conviction de frapper à la bonne porte, pour retrouver le nectar découvert chez leur caviste préféré ou à la carte d’un gastro, Christian se dit qu’il a bien fait son boulot…

 

{{reco.login.toLowerCase()}}

{{follower.login.toLowerCase()}}

Pictures

Le Sud-Ouest

Lorsqu’il s’agit de s’aventurer dans le sud-ouest, les amateurs de vin ont tendance à focaliser (à tort !) sur Bordeaux ; pourtant, s’il y a bien un coin de France où il faut sortir des sentiers battus, c’est ici. Des Landes à l’Ariège en passant par le Gers, de la Dordogne à l’Aveyron en traversant le Lot, la vigne est partout ou presque.

C’est vrai, on vous l’accorde, il n’y a pas vraiment de cohérence entre tous ces petits vignobles : le sud-ouest est vaste, sans unité et donne parfois l’impression d’être une région fourre-tout. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne recèle pas de jolies petites ! Allez, viendez : on partira du sud-ouest avec le Piémont-Pyrénéen (Madiran, Jurançon…) pour remonter direction le bassin gascon puis la vallée du Lot (Bergeras, Cahors…), avant de glisser tranquilou à l’est, vers les bassins aveyronnais, tarnais et garonnais (pour finir en beauté dans un bar à vin toulousain !). Ce voyage initiatique nous permettra de faire connaissance avec 300 variétés de cépages (dont 120 autochtones)… Tout simplement dingue ! Cette incroyable diversité a même fait du sud-ouest le berceau des cépages océaniques mondiaux. Cultivés, observés et domptés ici, on les retrouve désormais dans le monde entier. C’est certain, sur le terrain, c’est à la fois fascinant et déroutant : on se rassure autour d’un verre de Gaillac avant de perdre le nord en dégustant un Cahors, ou de carrément péter une durite en sirotant un blanc des Pyrénées Atlantiques. Bon, si ça peut vous réconforter, des projets de classements (simples et lisibles) des terroirs et des vins sont en cours. Cela vous donnera sans doute quelques repères pour tenter de vous y retrouver au milieu de cette tripotée de vins au caractère bien trempés. En attendant, laissez-vous prendre par la main et partez à l’aventure avec Wine Republik. Que risquez-vous, à part une bonne surprise ?