CHAT_DE_SANNES_médaillon

Thierry Rimbaud

Château de Sannes - Bourgogne

Le Luberon : un terroir d'exception !

Le Luberon est avant tout un magnifique parc naturel régional utilisé comme réserve de biosphère de l'Unesco. Il s'agit d'une aire géographique prédestinée à la culture biologique. Les sols sont composés à majorité d'argile et d'éboulis caillouteux permettant de produire des vins structurés et riches ; les molasses et les marnes quant à elles arrondissent la structure générale et les safres apportent finesse et élégance.

L'altitude joue également un rôle primordiale puisque les différentes parcelles sont toutes situées entre trois cents et quatre cents mètres d'altitude. Cette spécificité offre des nuits fraîches idéales pour se reposer et se réhydrater suite aux longues journées d'été chaudes et sèches. L'influence alpine et le mistral jouent également un rôle-clé dans le développement des baies et la parfaite maturation des raisins.

Histoire et patrimoine

Le Château de Sannes, considéré dans un premier temps comme un pavillon a été érigé par Jean de Thibaud de Tisati, conseiller du roi, en 1603. Le domaine familial se développe en 1661 avec le fils de Thibaud, Melchior qui décide de construire une chapelle et créer également un jardin à la française, offrant à la propriété le titre de "Château". La propriété entre dans l'ère de l'agronomie moderne en 1709 avec Antoine de Saquy qui devient par les liens du Mariage le seigneur de Sannes. La vocation viticole est venue deux siècles plus tard dans les années 1960. Pierre Gattaz acquière le domaine en 2017 et décide très vite de convertir le vignoble à l'agriculture biologique, pierre angulaire d'une ère nouvelle tournée vers le respect du terroir et la pérennité des cultures.

 

{{reco.login.toLowerCase()}}

{{follower.login.toLowerCase()}}

Ses Photos

La Provence

Chaise longue, soleil, cigales et vins bas de gamme. Les clichés ont la vie dure… surtout dans le sud ! Longtemps mal considérée, sous-estimée ou mal-aimée, la Provence viticole est surtout mal connue. Entre la méditerranée et les Alpes, sur plus de 200 kilomètres, quelques jolis domaines tirent pourtant la région vers le haut : et ils en ont ras la casquette d'entendre dire que les vins du sud sont costauds, concentrés et sans finesse.

Eux, font confiance au terroir et au climat méditerranéen ; ils revendiquent des vins digestes, élégants et structurés, souriants et frais y compris en rouge. Oui, oui, c'est possible ! Représentant encore plus de 80 % de la production, les rosés collent encore et toujours à la peau de la Provence. Mais là aussi, le tournant qualitatif est réel : ce vin d'été, de pétanque et d'apéro s'invite désormais à table et sur la carte de restos gastro. Cultivés, récoltés, vindes cépages, des vins, des structures de production, des sols et des paysages variés. Dans cette diversité se dessine tout de même les contours de cinq grandes régions : les vignobles auvergnats, le Centre-Liore, la Touraine, l'Anjou-Saumur, et la région de Nantes.