Domaine Josmeyer

Céline et Isabelle Meyer

Domaine Josmeyer - Alsace

Céline et Isabelle Meyer, l’art du vin au bout des doigts

Le domaine Josmeyer a eu plusieurs vies, plusieurs visages et plusieurs envies. Né il y a plus de 160 ans, il est successivement passé entre les mains de la branche mâle des Meyer – Aloyse, Joseph, Hubert et Jean – avant d’entrer dans la vie de Céline et d’Isabelle. Pour leur père, au départ, pas de doute, l’élue c’est Isabelle : bon palais, bon nez et une créativité qui peut l’emmener très loin.

Dans les années 90, poussée par la figure paternelle, elle se retrouve donc sur les bancs d’un lycée viticole en Bourgogne. Dans les rangs à l’époque, des hommes, « des vrais » et une approche de la viticulture dopée à la testostérone…

Père et filles

Pas franchement drôle pour la jeune Alsacienne. Découragée, mais à moitié seulement, elle tourne les talons pour poursuivre sa formation viticole à Montpellier. Elle reprend alors du poil de la "belle" et file rejoindre son père à Wintzenheim, à côté de Colmar. A ses côtés, elle s'empreigne pendant de longues années de son savoir-faire en vinif’, avant d'être rejoint en 2005 par Céline, la benjamine de la famille qui a claqué la porte de sa libraire pour ajouter quelques pages à l’histoire du domaine Josmeyer.

Quand la pudeur devient délicatesse

Avec cette fratrie au féminin, on pouvait s’attendre à un certain remue-ménage et pourtant pas de révolution au programme. Les frangines Meyer avancent sur une route plutôt bien tracée par leurs ainés avec, en ligne de mire, une biodynamie farouche (les premiers essais en la matière, ont été mené au domaine dès 1999). Disciplinées à la vigne comme à la cave, elles sont aussi boostées par une incroyable énergie créative. Il suffit de pousser la porte de la cuverie pour basculer dans leur univers, dans un monde – leur monde – où la sagesse de la vigneronne glisse vers l’imaginaire, où la pudeur devient délicatesse, ou le pragmatisme de la vinificatrice s’efface devant la sensibilité.

Rencontre entre tradition et imaginaire

Férues d’art, comme leur père, elles ont volontairement décloisonné leurs passions pour laisser germer dans chaque bouteille et dans chaque millésime un brin d’émerveillement. « On peut être ultra sérieux et innovant, classique et créatif, respectueux des traditions et imaginatif » explique Céline Méyer. Ensemble, elles sont capables d’aller très loin sans jamais partir dans tous les sens : peindre sur les foudres pour offrir à chaque nouvelle cuvée un cocon singulier, baptiser des cuvées Kottabe, Folastries ou Fromenteau en hommage à la littérature ou à l'histoire, s’enfermer, pour déguster en tête-à-tête, imaginer une étiquette comme un poème…

Des vins élancés d’une précision hors norme

Mais ne vous méprenez pas, cette cave qui vit et qui vibre ce n’est pas du cinoche ou une vulgaire soupe marketing servie à tort et à travers. Derrière leurs visages très différents, les vins du domaine Josmeyer ont tous un point commun : une incroyable régularité, une silhouette élancée et une précision hors norme. « Nos vins ont beaucoup de choses à dire mais ne sont jamais dans la démonstration ou l’opulence ». Ni trop riches, ni trop gras, ils ne sont pas du genre racoleur ; ils rentrent plutôt dans la case des vins élégants, distingués et incarnés… aux antipodes des clichés alsaciens.

 

{{reco.login.toLowerCase()}}

{{follower.login.toLowerCase()}}

Ses Photos

Note moyenne de ses vins sur 1 avis

Ben Album
ben album
Avis laissé le sur le vin : riesling-kottabe-domaine-josmeyer

Ce blanc étincelle d'un éclat particulier, il brille par son élégance, sa fraîcheur saline, j'ai adoré

Ben Album recommande ce vin  -  Excellent rapport qualité-prix

L'Alsace

Non, non, en Alsace, il n'y a pas que du Gewurztraminer ou du Crémant. En vrai, il y a un paquet de vins différents (principalement des blancs) à découvrir. Mais c'est bien connu, l'Alsace n'aime pas faire comme tout le monde… En matière de vin, c'est un peu la même chose : ici, on focalise sur les cépages (et pas forcément sur l'origine géographique). La preuve, on « déguste un Riesling », on « goûte un Pinot Gris d'Alsace » on « débouche un Gewurz ».

Oui, mais alors… les terroirs dans tout ça ? Longtemps mis de côté, ils reviennent (enfin) sur le devant de la scène ! Ouf ! On est sauvé. Au pied des Vosges, les terroirs les plus prestigieux ont donc désormais leur mot à dire : les Grands Crus d'Alsace (51 lieux-dits délimités selon des critères géologiques et climatiques stricts classés en AOP et mentionnés sur l'étiquette) constituent même une mosaïque de vins d'exception pour ne pas dire carrément canons ! Les Grands Crus représentent seulement 4 % de l'ensemble de la production des vins d'Alsace, donc en rayon, c'est la plupart du temps l'AOC Alsace qui vous fera de l'œil. Avec la particularité de pouvoir être issus d'un seul cépage. Dans ce cas, le nom de ce dernier pourra être indiqué sur l'étiquette. Ils peuvent aussi provenir de l'assemblage de plusieurs cépages parfois dénommé “Edelzwicker”, ou "Gentil". Pour les vins présentant une typicité particulière et répondant à un niveau d'exigence supérieur, le nom de l'AOC peut être complété par une dénomination géographique communale ou un nom de lieu-dit. Alors oui, autant vous le dire tout de suite, ce ne sera pas facile de s'y retrouver. L'astuce c'est d'utiliser Wine Republik, en ajoutant un membre, fondu d'Alsace à sa communauté pour mieux profiter des bons plans qu'il aura su dénicher.