Elisabeth Quilichini

Elisabeth Quilichini

Castellu di Baricci - Corse

ELISABETH QUILICHINI, PASSION CORSE

Fonceuse et déterminée, le ventre gonflé par une nouvelle maternité, Elisabeth ne lâche rien. Elle trace seule son sillon entre les rangs de ses vignes de la vallée de l'Ortolo. Mais si elle assume toutes les décisions, elle a la sagesse de bien s’entourer (de femmes surtout). Il y a d’abord sa mère avec son bon sens et son expérience de vigneronne mais également Aurélie qui est autant son œnologue que sa confidente.

A l’heure où nous échangeons par téléphone avec Elisabeth, la concertation entre les 2 amies, va bon train. Elles sont à quelques jours des vendanges, et il va falloir se fixer sur le bon moment et la bonne parcelle à récolter. Notre vigneronne corse qui en est à sa 7e année dans les vignes sait que c’est le genre de décision stressante qui peut conditionner la qualité de son futur millésime.

Une histoire de famille marquée par des histoires de femmes et de vin

Ce travail, cette passionnée de la vigne, l’a désiré toute sa vie. Evoluer à l’air libre sous le ciel de sa Corse natale et extraire de cette terre un produit aussi noble que le vin était une obsession. Si Elisabeth sait où elle veut aller, c’est sans doute qu’elle sait d’où elle vient. Son arbre généalogique de vigneron étire ses branches jusqu’au XIXe siècle à l’époque où de grands domaines viticoles ont trouvé racine dans la région de Sartène. Une histoire de famille marquée par des histoires de femmes et de vin. Comme cette grand-mère qui dans les années 70, à la mort de son sous-préfet de mari, se retrouve sans expérience à conduire le domaine familial, avec l’appui courageux de la mère d’Elisabeth. Ne croyez pas pour autant qu’elle est une héritière privilégiée, à ce jeu et à cet époque, ce sont souvent les garçons qui gagnent. C’est comme ça. Ses vignes aujourd’hui, elle les doit à la volonté de ses parents qui dans les années 2000, les ont plantés sur leurs terres de la rive droite de l’Ortolo, avec comme ambition de faire bon et bio.

La vigne pour se réapproprier l’identité corse

En prolongeant le travail de ses parents, Elisabeth par sa démarche qualitative et engagée s’inscrit dans ce formidable mouvement entamé dans les années 90 par les jeunes vignerons de l’île, qui ont vu la vigne comme un moyen de se réapproprier l’identité corse. Cépages endémiques, volonté d’exprimer la particularité de leurs terroirs, sélections parcellaires exigeantes, travail en bio, les efforts récents de cette nouvelle génération ont permis aux vins de gagner en style et en précision pour exprimer l’âme profonde de cette île pas comme les autres.

Elle observe, elle goûte, elle se questionne.

De faire partie de cette génération n’empêche pas Elisabeth de vouloir tout faire par elle-même. Cette mère courage n’a que faire d’un mentor, elle observe, elle goûte, elle se questionne. En quête permanente de pureté et de sincérité, son obsession est d’exprimer à travers ses vins l’identité de sa terre qu’elle chérit tant. Prendre soin de ce patrimoine unique, dont elle est la gardienne respectueuse, est pour elle la chose la plus importante au monde. Et quand viendra à son tour le moment de le transmettre, il ira à une fille ou à un garçon, la seule chose qui compte c'est qu’il ou elle le mérite et le comprenne.

 

{{reco.login.toLowerCase()}}

{{follower.login.toLowerCase()}}

Ses photos

Les Vins Corses

Vous ne pourrez réussir l’exercice de résumer les vins corses en une phrase. L’ile baignée par la méditerranée a été façonnée par un climat spécifique, mélange unique de soleil, précipitations, vent parfois violents et écart de températures importants. Au fil du temps, dans un cadre naturel d’une variété et d’une beauté à couper le souffle pour un si petit territoire, s’est constitué la diversité des terroirs viticoles corses.

La Corse compte malgré sa taille modeste 9 appellations d’origine protégée, qui se répartissent principalement sur le pourtour littoral. L’une des plus célèbres est sans doute l’AOP de Patrimonio située dans le Cap Corse, ce fameux « doigt » qui donne sa silhouette si particulière à l’ile. Entre mer et montagne, la vigne y pousse depuis toujours. Les vignerons y ont développé un savoir-faire ancestral accommodant le cépage local le niellucciu aux sols argilo-calcaires pour donner des vins charpentés. A l’autre bout de l’île, on distingue l’AOP d’Ajaccio qui a vu naitre le Sciaccarellu, cépage caractéristique qui s’est épanoui sur les sols granitiques de la région pour donner des vins aux arômes d’amande et de cassis. Les blancs souvent à base de cépage Vermentinu donnent des vins aux notes florales et aromatiques. Un climat à part, une géologie unique, des cépages locaux, les vins corses se distinguent également par leur distribution difficile. L’isolement de l’île ne facilitant pas l’accès aux vins dont les prix peuvent s’envoler sur le continent, il est assez rare de de s’en faire une idée juste sans se déplacer. C’est bien dommage si l’on considère les récents efforts des vignerons locaux pour monter la qualité. Des sélections parcellaires exigeantes, des nouvelles méthodes de production comme la biodynamie ont permis aux vins de gagner en style et en précision pour exprimer l’âme profonde de cette ile pas comme les autres.