Distillerie_Médaillon2.jpg

Nicolas et Sébastien Julhès

Distillerie de Paris - Paris

5 ans de bras de fer pour refaire chauffer un alambic à Paris.

Plus qu’un projet fou, la Distillerie de Paris est une aventure quasi romanesque, dans laquelle tous les ingrédients sont réunis autour des frères Julhès. Impliqués dans le (bon) goût depuis leur naissance, Nicolas et Sébastien Julhès distribuent tout ce que la France fait de mieux en matière de produits d’artisans, et ce depuis de nombreuses années au cœur de leur épicerie fine éponyme, installée dans le Xème arrondissement parisien.

C’est d’ailleurs un roman qui est à l’origine de cette passion que Nicolas Julhès a pour l’alambic : l’Assommoir, de Zola. Depuis cette époque la loi est claire : interdiction de distiller dans la capitale. Étant conscients de cette interdiction, les deux frères entamèrent une longue procédure (5 ans) afin d’obtenir les autorisations nécessaires pour distiller tout ce que Nicolas avait à l’esprit. C’est ce « parcours du combattant » qui a en partie forgé l’identité de La Distillerie de Paris, comme nous l’explique Nicolas Julhès : « ces blocages, ces contraintes et ces retards ont ancré la Distillerie dans le bitume parisien comme jamais elle ne l’aurait été si tout avait été facile ».

La microdistillerie permet de réinventer les spiritueux.

Une fois les autorisations en poche, les deux frères peuvent enfin concrétiser leurs idées, et commencent tout d’abord par le lieu. C’est logiquement qu’ils ont installé leur local au cœur du Xeme arrondissement de Paris. Puis ce fut au tour de l’alambic. Une fois de plus, Nicolas avait une idée très précise de ce qu’il souhaitait et l’a donc fait faire sur mesure, tout en cuivre, et réalisé en Allemagne portant le nom barbare de : Holstein 400. Les premières eaux de vie sont sorties au mois de janvier 2015 récompensant, leurs efforts et la solidarité des nombreux internautes qui les ont aidés à réaliser leur projet grâce au Crowdfunding. Depuis ses débuts, La Distillerie de Paris a déjà distillé de nombreux spiritueux dans le but d’explorer les alcools comme seuls les Julhès peuvent le faire. C’est-à-dire en se fournissant à Rungis de produits frais comme les agrumes (citron bergamote, kumbawa, yuzu) et des épices qui entrent dans l’élaboration des recettes. Aucune interdiction : leur envie est de produire en toute liberté des spiritueux qui ne cherchent pas à coller à une AOC ni à une tradition. « Ce n’est pas rationnel, c’est passionnel ».

 

{{reco.login.toLowerCase()}}

{{follower.login.toLowerCase()}}

Ses photos

Note moyenne de ses vins sur 1 avis

Ant Wine
ant wine
Avis laissé le sur le vin : gin-tonik-distillerie-de-paris

Excellent.. J'adore le " GIn To" et là , on sent vraiment la différence.. Pas besoin de choisir un bon Tonic, car il est dans le Gin. Belle amertume, mais balancer par le tonic et le sucre.. A essayer pour de belle soirées d'été

Ant Wine recommande ce vin  -  Excellent rapport qualité-prix

Paris

Très bien, on vous l’accorde Paris n'est pas un terroir à proprement parlé, en tout cas pas au sens habituel, on ne peut pas vraiment qualifier son sol et son climat d’identitaire, quoique…à y regarder de plus près, les pavés et la grisaille de la capitale sont une véritable signature. L’originalité de ce terroir n’est donc ni agricole, ni rurale mais totalement culturelle.

Il tire sa personnalité et sa singularité de la diversité des influences dont il regorge, de son histoire et de son dynamisme. Tant de cultures se sont mélangées, apportant avec elles une partie de leur identité faisant de Paris un lieu de création à l'imaginaire infinie, au passé inspirant et au futur plein de promesses. Il n’est donc pas étonnant de voir au sein de ce magma culturel et bétonneux, fleurir micro-brasseries et distilleries, qui puisent dans les racines de la capitale, l’inspiration nécessiare à leurs créations.